17-07-11

Monde carcéral belge: 'Tout n'est évidemment pas rose...'

cup_coffee.png

17 Juillet 2011 - Claude Spinoit a sillonné les couloirs de la prison de Nivelles pendant huit ans. Sa mission était de contrôler le respect du droit des détenus. Dans sa fonction, il a rencontré Michel Fourniret ou Nizar Trabelsi. Mais le moment qui reste particulièrement gravé dans sa mémoire est un face-à-face avec Marc Dutroux. "Quand je suis resté enfermé dans sa cellule parce que les systèmes d’appel des agents ne fonctionnaient pas et qu’il fallait travailler à cellules fermées, c’était assez angoissant, surtout dans la paranoïa du détenu. C’est une expérience un peu désagréable, mais nous sommes là pour écouter et surtout ne pas juger. Mais c’était quand même un petit peu difficile de rester une heure dans sa cellule à écouter ses diatribes très négativistes", se souvient le président de la Commission de surveillance de la prison de Nivelles.

Pendant plusieurs années, il a travaillé bénévolement en plein cœur d’un système présentant des failles. "L’irresponsabilité de l’administration qui quand elle a envie de ne pas prendre des décisions laisse tomber purement et simplement ses acteurs. Cela, nous l’avons vu à de multiples reprises. La meilleure preuve, c’est que nous n’avons pas valorisé notre statut de Commission de surveillance. Mais pensons également aux agents pénitentiaires et aux directions de prison", souligne Claude Spinoit.

Malgré tout, une amélioration importante dans la formation des gardiens amenés à gérer des criminels de haut vol est bel et bien visible. Les Commissions de surveillance doivent-elles être dès lors réorganisées ? Pour Claude Spinoit, il serait préférable que l'"on ne dépende pas du SPF Justice mais que l’on dépende éventuellement d’une Commission parlementaire qui serait beaucoup plus amène de juger le travail que nous faisons. Nous sommes là entre le marteau et l’enclume dans notre mission. Ce qui pose d’énormes problèmes quant à la réalité de terrain".

Après huit ans de service, Claude Spinoit remet son tablier. La place de président est à présent vacante. Le mot d’ordre est clair : respect du détenu et réalisme par rapport à la gravité des faits commis.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/810256/un-face-face-avec-dutroux-le-moment-fort-de-sa-carri-re

17:29 Gepost door Jaap Vandeurzen in Belges, Prisons | Permalink | Commentaren (0) | Tags: monde carcéral belge, 'respect du détenu' |  Facebook |